Le plus grave est que…

…nos impôts servent à rémunérer grassement ce genre d’individu capable d’éructer de telles imbécilités, de telles âneries, de telles inepties, de telles insanités présentant les nouvelles règles de communication interne et externe des bureaucrates de l’UE !!! Comment des gens supposés travailler à améliorer le quotidien des peuples européens sont-ils capables de produire des consignes aussi irrespectueuses de nos valeurs et, qui plus est, contraires aux règles établies par le Traité de Lisbonne et la charte des droits fondamentaux de l’union européenne ?

L’excellent article du journaliste italien Francesco Giubilei paru dans Il Giornale du 28 Novembre 2021 et repris en français ci-dessous (traduction La Plume du Citoyen) montre la finalité réelle de l’institution : « changer la société européenne, ses coutumes et ses traditions ».

Encore une excellente raison de sortir de cette farce technocratique qui grignote notre souveraineté nationale, ronge nos institutions, démantèle nos libertés pour défendre des idéologies aussi stupides que celle-là ! 

Il y a URGENCE à quitter l’Union Européenne pour sauver la France !

La Commission européenne, présidée et administrée par une bureaucratie non élue démocratiquement par les citoyens des pays adhérents, est aux ordres de l’Allemagne elle-même totalement asservie à cette oligarchie financière. Elle travaille activement à réduire les peuples européens à une forme de néo-communisme avec la complicité de la plupart des chefs d’Etats.

Cette pseudo-union n’est qu’un laboratoire de la ploutocratie financière anglo-saxonne pour l’instauration d’un ULTRA-libéralisme destiné à détruire la civilisation occidentale et remodeler les modèles de pensée des différents peuples européens pour en faire un amalgame coloré et uniformément dressé psychologiquement et l’abaisser au rôle d’un troupeau de moutons bêlant uniquement sur ordre du maître. 

Helena Dalli, Commissaire européen à l’égalité, l’instigatrice de ces nouvelles règles a oublié d’intégrer dans sa réflexion l’un des principes essentiels de l’Union Européenne : respecter la richesse de la diversité culturelle et linguistique des peuples composant l’UE.

https://european-union.europa.eu/principles-countries-history/principles-and-values/aims-and-values_fr

Le titre de l’article est évocateur en soi : 

« En Europe, il est interdit de dire « Noël » et même de s’appeler Maria Le document interne de la Commission : non à l’utilisation de « Miss ou Msr », juste des références religieuses et des prénoms.

Si on nous l’avait présenté sans l’avoir lu noir sur blanc dans une communication officielle de la Commission européenne, nous ne l’aurions pas cru car les nouvelles lignes directrices pour la « communication inclusive » sontincroyables.

Dans un document destiné à la circulation interne dont « Il Giornale«  est entré en possession intitulé« #UnionOfEquality Lignes directrices de la Commission européenne pour une communication inclusive« , sont indiqués les critères à adopter par le personnel de la Commission dans la communication externe et interne. Comme l’écrit la commissaire à l’égalité Helena Dalli dans l’avant-propos « nous devons toujours offrir une communication inclusive, garantissant ainsi que tout le monde est apprécié et reconnu dans tous nos documents, sans distinction de sexe, de race ou d’origine ethnique, de religion ou de croyance, de handicap, d’âge ou d’orientation sexuelle ».

Pour ce faire, la Commission européenne indique une série de règles qui non seulement annulent les conventions et les mots qui ont toujours été utilisés mais contredisent le bon sens. Il est interdit d’utiliser des noms de genre tels que « ouvriers ou policiers » ou d’utiliser le pronom masculin comme pronom prédéfini, il est interdit d’organiser des discussions avec un seul genre représenté (uniquement des hommes ou uniquement des femmes) et encore, il est interdit d’utiliser « Mlle ou Mme » à moins qu’elle ne soit le destinataire de la communication. Mais ce n’est pas tout : vous ne pouvez pas commencer une conférence en vous adressant au public avec l’expression habituelle « Mesdames et messieurs » mais vous devez utiliser la formule neutre « chers collègues ».

Le document se concentre sur des domaines spécifiques tels que « genre », « LGBTIQ» (Note du traducteur pour les non-initiés : sigle anglophone de « lesbian, gay, bisexual, transgendered, intersexual or queer » dont la traduction littérale en français donne le même ordre : lesbien, gay, bisexuel, transgenre, intersexe ou queer, des thèmes « raciaux et ethniques » ou « cultures, modes de vie et croyances » avec un tableau indiquant ce qui peut et ne peut pas être fait avec la prétention de tout réglementer en créant un nouveau langage qui annihile toute spontanéité : « Attention à ne pas toujours mentionner le même sexe en premier dans l’ordre des mots, ou à s’adresser différemment aux hommes et aux femmes (par exemple un homme par le nom, une femme par le nom) » et encore « lors du choix des images pour accompagner votre communication, assurez-vous que les femmes et les filles ne sont pas représentées à la maison ou dans des rôles passifs alors que les hommes sont actifs et aventureux ».

Une volonté d’annuler le genre masculin et féminin qui atteint des niveaux paradoxaux lorsque la Commission écrit qu’il faut éviter d’utiliser des expressions telles que « le feu est la plus grande invention de l’homme » mais dire « le feu est la plus grande invention de l’humanité ». 

Il est clair que derrière la redéfinition du langage se cache la volonté de changer la société européenne, nos coutumes et nos traditions, comme il ressort du chapitre consacré aux « cultures, modes de vie ou croyances ». La Commission européenne tient à souligner « qu’il faut éviter de considérer que tout le monde est chrétien » donc « tout le monde ne célèbre pas les vacances de Noël (…) il faut être sensible au fait que les gens ont des traditions religieuses différentes ». Cependant, il y a une énorme différence entre respecter toutes les religions et avoir honte ou effacer les racines chrétiennes qui sont à la base de l’Europe et de notre identité.

Source : https://www.ilgiornale.it/news/cronache/follie-ue-l-inclusivit-vietato-dire-natale-e-chiamarsi-maria-1992290.html

Per lei che parla itailiano ecco il testo originale da Francesco Giubilei

Se ce lo avessero raccontato e non lo avessimo letto nero su bianco in una comunicazione ufficiale della Commissione europea, non ci avremmo creduto perché i contenuti delle nuove linee guida per una «comunicazione inclusiva» hanno dell’incredibile. 

In un documento per circolazione interna di cui Il Giornale è entrato in possesso in esclusiva intitolato #UnionOfEquality. European Commission Guidelines for Inclusive Communication, vengono indicati i criteri da adottare per i dipendenti della Commissione nella comunicazione esterna ed interna. Come scrive nella premessa il Commissario per l’uguaglianza Helena Dalli «dobbiamo sempre offrire una comunicazione inclusiva, garantendo così che tutti siano apprezzati e riconosciuti in tutto il nostro materiale indipendentemente dal sesso, razza o origine etnica, religione o credo, disabilità, età o orientamento sessuale».

Per farlo la Commissione europea indica una serie di regole che non solo cancellano convenzioni e parole usate da sempre ma contraddicono il buon senso. Vietato utilizzare nomi di genere come «operai o poliziotti» o usare il pronome maschile come pronome predefinito, vietato organizzare discussioni con un solo genere rappresentato (solo uomini o solo donne) e ancora, vietato utilizzare «Miss o Mrs» a meno che non sia il destinatario della comunicazione a esplicitarlo. Ma non è finita: non si può iniziare una conferenza rivolgendosi al pubblico con la consueta espressione «Signori e signore» ma occorre utilizzare la formula neutra «cari colleghi».

Il documento si sofferma su ambiti specifici come il «gender», «Lgbtiq», i temi «razziali ed etnici» o le «culture, stili di vita e credenze» con una tabella che indica cosa si può o meno fare basata sulla pretesa di regolamentare tutto creando una nuova lingua che non ammette la spontaneità: «Fai attenzione a non menzionare sempre prima lo stesso sesso nell’ordine delle parole, o a rivolgerti a uomini e donne in modo diverso (ad esempio un uomo per cognome, una donna per nome)»; e ancora «quando scegli le immagini per accompagnare la tua comunicazione, assicurarsi che le donne e le ragazze non siano rappresentate in ambito domestico o in ruoli passivi mentre gli uomini sono attivi e avventurosi».

Una volontà di cancellazione del genere maschile e femminile che raggiunge livelli paradossali quando la Commissione scrive che bisogna evitare di usare espressioni come «il fuoco è la più grande invenzione dell’uomo» ma è giusto dire «il fuoco è la più grande invenzione dell’umanità». È evidente che dietro la ridefinizione del linguaggio si celi la volontà di cambiare la società europea, le nostre usanze e tradizioni come emerge dal capitolo dedicato alle «culture, stili di vita o credenze». La Commissione europea ci tiene a sottolineare di «evitare di considerare che chiunque sia cristiano» perciò «non tutti celebrano le vacanze natalizie (…) bisogna essere sensibili al fatto che le persone abbiano differenti tradizioni religiose». C’è però un’enorme differenza tra il rispetto di tutte le religioni e vergognarsi o cancellare le radici cristiane che sono alla base dell’Europa e della nostra identità.

2 commentaires sur « Le plus grave est que… »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :