Mis en avant

Révolution tranquille

Le plan de Macron, soutenu par une cohorte de carriéristes cupides appartenant au public et au privé est de soumettre notre pays aux exigences de l’oligarchie financière anglo-saxonne qui entend s’en approprier les richesses et nous exploiter à son unique profit.

On ne peut plus ignorer le programme consistant à démanteler l’Etat-providence pour créer une fédération des régions d’Europe entièrement dépendante de la Commission européenne manipulée par les Etats-Unis. A chaque région ses missions et les financements ne seront accordés par Bruxelles qu’à la condition que soient suivies précisément les obligations de production qui lui sont imposées.

Le second point sur lequel nous Français, forts de notre expérience du passé, devrions réfléchir intensément à la volonté de l’Allemagne de devenir la première puissance militaire d’Europe en prévoyant 100 milliards d’€ pour son budget de l’armement (1). 

Sans réaction de notre part la France aura disparu dans une ou deux décennies et nous ne pouvons pas compter sur les parlementaires français pour nous sortir de cette descente aux enfers. Comment rester insensible à la volonté d’éradication de la classe moyenne par l’appauvrissement, l’effacement du monde économique par la destruction du petit commerce et des PME, l’écroulement provoqué du système de santé, l’imposition d’un modèle énergétique farfelu, ridicule, irrationnel, la perte de notre souveraineté nationale, la désindustrialisation systématique du pays … ?

Deux modalités d’action complémentaires proposées au débat et consistant :

– A réfléchir ensemble et imaginer des réformes profondes et nécessaires pour parer au chaos, élaborer des propositions concrètes et imposer par l’action sur le terrain notre volonté de retrouver une France libre, indépendante et souveraine.

– Agir sur le terrain en contournant la puissance de feu et de nuisance des forces de l’ordre. Les grandes manifestations telles que vécues en 2018 et 2019 ne semblent plus être la solution à adopter si l’on se réfère à la violence de la répression employée contre les GJ. Nous avons la foi et nos libertés à défendre mais ils ont les blindés, les LBD et les grenades pour contrer le citoyen manifestant pacifiquement son opposition à cette politique insensée menée par la clique au pouvoir. Yeux crevés, mains arrachées ne les effraient pas. Et qui sait ? N’iront-ils pas dans un sursaut de folie aller jusqu’à tirer à balles réelles comme ce fut le cas à Rotterdam en novembre 2021 ? Soyons conscients des risques, ne leur offrons pas nos vies.

Il y a 36529 communes en France ! Nous pouvons nous réunir chaque samedi matin devant la mairie de notre lieu de résidence (village, ville, arrondissement) pour remettre à l’édile, un élu proche du citoyen, le résultat de nos réflexions en l’invitant à les transmettre au préfet.

La dispersion des actions les empêchera de réagir dans la violence.

Ceci est une approche simplifiée et c’est en nous concertant que nous pourrons mettre sur pied une organisation efficace. A chacun de commenter et de suggérer des idées, des solutions …. 

Mail de contact : laplumeducitoyen@gmail.com

Gérard EmileLa Plume du Citoyen (Un citoyen français exaspéré par la politique machiavélique qui veut détruire la France).

(1) https://www.opex360.com/2022/06/29/lallemagne-a-lambition-de-se-doter-de-la-plus-grande-armee-conventionnelle-deurope/

Mis en avant

L’Histoire, un enseignement à ne pas négliger

Voici une version plus synthétique du texte paru le 12 décembre dernier.

Le sujet est d’importance et chacun devrait prendre conscience du risque que nous font encourir nos politiques en nous livrant pieds et poings liés à l’oligarchie financière anglo-saxonne et en ne réagissant pas à ce réarmement prévu de l’Allemagne.

Les façades politiques présentées par les médias ne reflètent pas forcément la Vérité et la « géoréalité » du monde. Allemands et Anglo-saxons ne sont que des alliés opportunistes qui ont montré depuis la fin du XIXè siècle que leurs seuls intérêts comptaient et qu’ils n’hésitaient pas à nous nuire pour tourner une situation à leur avantage. Entre déclarations de guerre, manipulations des traités et autres accords nos voisins d’outre-Rhin et d’outre-Manche ont toujours poursuivi un seul but : dominer la situation politique, économique, financière… en vue d’en faire bénéficier au mieux leurs desseins.

Depuis Bismarck l’Allemagne n’a eu de cesse d’assurer sa suprématie sur l’Europe et neutraliser la puissance et l’influence de la France. Après les affrontements directs des siècles passés, les Anglais, puis les Anglo-saxons n’ont jamais hésité à manoeuvrer pour prioriser leurs seuls intérêts. 

Nos voisins d’outre-Rhin

En seconde partie du XIXè siècle la Prusse développe une volonté d’unification des Etats allemands, alliés de l’Autriche inclus allant jusqu’à guerroyer au nord contre le Danemark et au sud contre l’Autriche pour réussir. La France soucieuse d’une éventuelle remise en question de sa position dominante sur l’échiquier européen s’en inquiète.

La tension monte entre Allemands et Français jusqu’à ce qu’une provocation de Bismarck incite Napoléon III à déclarer une guerre à laquelle la France n’est pas préparée. Un épisode relativement bref (19 juillet 1870 – 28 janvier 1871)auquel le traité de Francfort du 10 mai 1871 met fin avec l’annexion de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine.L’efficacité de la politique d’Adolphe Thiers permet à la France de régler sa dette vis-à-vis du vainqueur dès 1873 et lestroupes d’occupation se retirent dès le mois de septembre de la même année.

Bismarck dévoile sans ambages sa volonté d’assurer la suprématie de l’Allemagne sur l’Europe et neutraliser puissance et influence de la France. La période post-guerre de 1870 voit la tension grandir entre les anciens belligérants, levainqueur craignant un esprit de revanche de la part du voisin d’outre-Rhin. Les Anglais refusent toute implication, se contentant d’observer sans manifester aucunement l’intention de s’engager dans l’équilibre politico-militaire de l’Europe malgré l’évidence de la volonté hégémonique allemande.

Conflits territoriaux, concurrence économique, développement des alliances stratégiques entraînent la constitution de 2 blocs : Allemagne, Autriche-Hongrie, Italie (triple Alliance) opposés à France, Angleterre, Russie (Triple Entente)aboutissant à la première guerre mondiale en 1914.

La remontée en puissance de l’Allemagne durant la période de l’entre-deux guerres est le fruit du soutien des Anglais.

Lorsque prend fin la seconde guerre mondiale l’Allemagne se soumet aux Etats-Unis qui programment de l’utiliser comme instrument de conquête de l’Europe. Les Allemands n’ont qu’une seule et unique vision : leurs propres intérêtscomme le démontre leurs récentes manœuvres (économie, énergie, relations avec la Chine …) pour maintenir leurdomination des marchés.

Le comte von Moltke désignait en 1867 la France comme étant un « ennemi héréditaire ». Les Allemands n’ont jamais été nos amis et la notion de couple « franco-allemand » qui plaît tant aux journalistes et aux politiques n’existe pas. Un phantasme franco-français. La belle image de Mitterand et Khol main dans la main n’est qu’un cliché vendeur médiatiquement parlant d’une amitié qui n’existe pas vraiment. Mitterand y crut-il ?

Nos voisins d’outre-Manche

Refusant leur défaite de 1918 les Allemands protestent contre les obligations du traité de Versailles visant à l’indemnisation de la France et à la prévention d’un retour à une attitude belliqueuse de sa part. Ce en quoi les Anglais les soutiennent, s’opposant diplomatiquement à la France et favorisant le réarmement de l’Allemagne et l’avènement du nazisme et de Hitler.

Clemenceau préconise une extrême fermeté conscient de la survivance au Kaiser d’une puissante sphère d’influence composée d’officiers prussiens, de grands propriétaires terriens, d’industriels et d’une partie de hauts responsables de la police et la justice. L’attitude française refusant la pleine confiance à l’Allemagne dérange les Anglais craignant probablement un retour en puissance de la France sur la scène européenne, voire internationale susceptible d’une menace éventuelle à leur encontre sur le plan militaire. Le passé d’éternel ennemi persiste-il au fond de leur pensée ?

Sous l’influence d’un groupe très puissant (groupe de Milner) au sein du pouvoir britannique le soutien à l’Allemagne se renforce pour rivaliser avec le couple franco-russe. Dans le même temps les Anglais souhaitent accroître leur propre puissance avec l’appui de leurs dominions et des Etats-Unis. Leur objectif est de conserver une totale liberté d’action en limitant autant que possible les ambitions françaises et en manoeuvrant pour qu’Allemands et Russes en arrivent un jour à la confrontation.

Ils consacrent beaucoup d’énergie dès 1921 pour alléger le fardeau de l’Allemagne et empêcher la France de recourir à la force pour recouvrer les dommages de guerre qui lui sont dus. L’occupation de la Ruhr en 1923 par cette dernièredéclenche l’ire anglaise et ils vont jusqu’à envisager un renforcement de leur puissance militaire au cas où les Français deviendraient belliqueux à leur encontre.

Nos voisins d’outre-Manche craignent l’absence d’émergence d’une démocratie en Allemagne susceptible de recréer à terme une situation antagoniste entre les ex-ennemis du fait de la politique de Poincaré qui les obligerait peut-être à devoir s’allier à la France !!! Oh my God ! « Unthinkable, unimaginable … » pour un Britannique.

Ils s’emploient à entraver les décisions du Traité de Versailles réussissant habilement à bloquer l’action de la commission de désarmement. Ils s’évertuent en parallèle à empêcher que la Société des Nations (SDN) ne devienne un outil de sécurité internationale. L’orgueil britannique ne pourrait supporter l’idée qu’une institution supra-nationale n’intervienne dans son champ de souveraineté nationale et sont plus favorables en l’efficacité d’une pression économique plutôt qu’en un jugement d’une force internationale.

La France reste inquiète face à l’Allemagne n’ayant aucune garantie depuis 1919 que celle-ci ne réitèrera pas une agression. Les Français proposent des solutions pour se prémunir d’une éventuelle agression allemande que les Anglo-saxons, notamment les Anglais, réfutent l’une après l’autre. Ces derniers craignaient surtout de se retrouver impliqués dans une guerre à l’échelle européenne dont ils se sentent étrangers et restent persuadés que la France cherche un appui pour maintenir une prépondérance sur l’Allemagne.

Ils s’arrangent très habilement pour que les accords de Locarno (1925) leur confèrent plus de pouvoirs au détriment de la France, ce que nos politiques acceptent lâchement pour des raisons purement électorales ! La position britannique consiste à « promouvoir » un équilibre militaro-politique en Europe pour qu’eux-mêmes puissent se consacrer pleinementà un rapprochement avec leurs dominions et les Etats-Unis. Cette volonté de constitution d’un bloc anglo-saxon à part entière apparait clairement dès 1934. 

En mai 1935 la France fait entrer la Russie dans son groupe d’alliance orientale déclenchant une vigoureuse réaction duvoisin d’outre-Manche lequel, dans le mois qui suit, signe un accord naval avec l’Allemagne l’autorisant à atteindre 35% de la puissance militaire maritime britannique pour les bâtiments de surface et 100% pour l’arme sous-marine.

Par cet accord les Anglais mettent à disposition de leur « allié allemand » l’ensemble de la côte atlantique française, notreRoyale devant également se consacrer à la défense de la façade maritime ouest, de la façade méditerranéenne et del’empire colonial.

En mars 1936, les Anglais poursuivent leur politique anti-française en acceptant qu’Hitler réarme la Rhénanie et en signant en août de la même année un accord de non-intervention avec l’Espagne fragilisant la France sur sa partie sud. L’année suivante, toujours dans l’esprit de s’appuyer sur l’Allemagne pour empêcher une expansion bolchévique en Europe, ils vont jusqu’à d’accepter l’idée de sacrifier à la voracité allemande la Pologne, la Tchécoslovaquie etl’Autriche.

Les Anglais ont allumé la mèche mais perdu le contrôle de l’incendie ! L’ogre nazi ne leur fera pas de cadeau.

Au cours du second conflit mondial, Roosevelt tente d’écarter De Gaulle dont il pressent que celui-ci oeuvre pour le retour d’une France forte après la guerre et la conservation de son empire colonial. Ce que les Américains convoitent et envisagent d’exploiter à leur profit.

De Gaulle manoeuvre avec intelligence pour contre-carrer cette volonté de main-mise sur notre pays. Il est probable que le soutien de Winston Churchill s’appuyant sur l’idée que l’appétit américain serait susceptible de s’étendre aux richesses du Commonwealth une fois les hostilités terminées a été déterminant pour que les Américains ne réussissent pas le plan « AMGOT ».

Imaginer que les Etats-Unis sont entrés en guerre pour sauver les Français est une erreur. Le 6 juin 1944 ils répondent à l’appel de Churchill qui se doute que l’Allemagne finira par vaincre et surtout ils se doivent d’empêcher Hitler de dominer le continent européen. Eux-même envisagent de s’en approprier les richesses de l’Europe ainsi que celles des empires coloniaux français et probablement britanniques à terme. La politique américaine depuis les accords de Bretton Woods montre clairement cette volonté de domination de l’Europe.

Nous, Français

Le 27 février 2022 le chancelier Scholtz annonce que l’Allemagne va investir 100 milliards d’euros dans la Bundeswehr, l’armée fédérale allemande déclarant que « L’Allemagne disposera bientôt en Europe de la plus grande armée conventionnelle dans le cadre de l’Otan« .

Quel crédit, quelle fiabilité pouvons-nous accorder à l’Allemagne à la relecture de l’Histoire ? La doctrine de Bismarck est ancrée dans l’esprit allemand et les enseignements du passé ne peuvent que nous inquiéter. 

Le bloc anglo-saxon a montré qu’il est impossible de lui accorder notre confiance puisque sa priorité concerne ses propres intérêts quitte à piétiner ses alliés.

La France ne peut et ne doit pas accepter de se retrouver un jour en position d’infériorité militaire face à une Allemagnesoutenue par l’Anglo-saxon.

La France doit s’extraire de toutes les contraintes imposées par l’Anglo-saxon, se méfier de la remilitarisation de l’Allemagne et renouer des relations politiques, économiques, militaires …. avec des pays qui n’ont jamais manifesté la moindre velléité de nous dominer ou de nous nuire.

Mis en avant

Enrichir l’État, soulager le contribuable

La solution de facilité des « élites » gouvernant la France consiste à inventer de nouvelles façons de faire payer le contribuable en créant de nouveaux mots pour masquer le terme « impôts » (taxe, surtaxe, contribution, charge, levée, redevance, congé…). Ne serait-il pas temps que ces grands seigneurs de la pensée se penchent sur l’énoncé du problème et, de par leur science, élaborent des solutions intelligentes en vue de dénicher d’autres sources de financement des besoins de l’État.

Ayant fait de grandes études, usés leurs fonds de culotte sur les bancs des plus grandes écoles, n’est-ce pas une preuve, sinon d’intelligence, au moins de capacité à la réflexion et à la résolution de problèmes complexes ?

La réindustrialisation du pays, le développement des infrastructures portuaires et des prolongements par les axes routiers, fluviaux, ferroviaires compte-tenu de l’importance de notre façade maritime et de nos ports semblent être des sujets intéressants à explorer. Tout comme la modernisation de la législation du travail et de la mise en relation de l’offre et la demande en matière d’emploi basée sur l’adaptation au monde moderne. Pour quelles raisons ne s’y attachent-ils pas ?

D’autres pistes à explorer pour ces « élites » en matière de ressources financières pour l’État : 

– lutte contre la fraude aux prestations sociales

– lutte contre la fraude fiscale

– analyse des potentialités d’économie dues aux dépenses inutiles des entités de la fonction publique

– suppression de contributions diverses et variées telles celles versées aux médias (détenus pour la plupart par des milliardaires!), aux syndicats qui devraient être capables de subvenir à leurs propres besoins en jouant une rôle de syndicat et hors de toute action politique, à la plupart des associations qui n’ont pas vraiment d’intérêt pour le bien public, à ces nombreuses commissions crées bien souvent pour recaser un politique en mal de siège dans une quelconque assemblée …

La liste est longue et certainement très enrichissante pour l’État. Qui plus ce serait aussi une source d’allègement de la pression fiscale sur le contribuable.

Par exemple, la fraude aux prestations sociales.

À la demande de la commission des affaires sociales du Sénat, la Cour des Comptes a réalisé une enquête sur la lutte contre les fraudes aux prestations sociales, qui représentent à la fois une atteinte au principe de solidarité et un coût financier élevé.


En 2019, les principaux organismes sociaux ont détecté 1 Md€ (1 000 000 000 €) de préjudices à ce titre. Grâce à la professionnalisation croissante de cette activité, les résultats financiers de la lutte contre les fraudes augmentent année après année. Toutefois, en l’absence d’estimation du montant des fraudes pour la plupart des prestations, la portée des progrès réalisés ne peut être appréciée et l’impact des contrôles réalisés demeure faible.


La lutte contre les fraudes se concentre sur la recherche a posteriori des irrégularités, alors que celles-ci pourraient souvent être empêchées a priori, dès la gestion courante des prestations. Un changement d’échelle apparaît indispensable pour tarir les possibilités systémiques de fraude, mieux détecter les fraudes commises et sanctionner plus efficacement leurs auteurs sur le plan financier.

En 2019, les principaux organismes sociaux ont détecté 1 Md€ ( 1 000 000 000 €) de préjudices subis ou évités au titre de fraudes avérées ou suspectées. Ce montant connaît une augmentation continue.

Les fraudes détectées se concentrent sur le revenu de solidarité active, la prime d’activité et les aides au logement pour les caisses d’allocations familiales (CAF) ; les professionnels de santé et les établissements de santé pour les caisses primaires d’assurance maladie ; le minimum vieillesse pour les caisses de retraite ; les reprises d’activité non déclarées pour Pôle emploi.

Ces progrès s’expliquent par des moyens humains globalement préservés (près de 4 000 agents affectés à la réalisation de contrôles), une efficacité croissante des contrôles a posteriori des organismes sociaux et l’étendue des moyens d’investigation qui leur sont accordés.

L’impact des contrôles est mal mesuré et reste faible.

Seule la branche famille estime le montant des fraudes qu’elle subit (2,3 Md€ en 2018), mais celles effectivement détectées par les CAF en représentent une faible part (13 %). L’assurance maladie et la branche vieillesse, quant à elles, n’estiment pas le montant des fraudes, si bien qu’il est impossible d’apprécier l’impact réel de leurs contrôles. De son côté, Pôle emploi s’est engagé à procéder à une estimation périodique.


Plus globalement, en prenant compte à la fois les erreurs et les fraudes, les organismes sociaux perdent en tout état de cause des sommes importantes. En 2018, les CAF ont versé à tort, de manière définitive, environ 3 Md€, soit 4,5 % du montant total des prestations. Pour 2019, l’assurance maladie estime à 1 Md€ le montant des factures irrégulières réglées aux professionnels et aux établissements de santé, mais ce montant ne comprend pas les séjours dans les établissements de santé publics et privés non lucratifs. Il est donc nettement sous-estimé.

Ces pertes élevées démontrent que les contrôles ne sont pas suffisamment nombreux au regard de l’ampleur des risques de fraudes et d’erreurs.

Un changement d’échelle s’avère indispensable. Le principal enjeu est de tarir les possibilités systémiques de fraude, en passant d’un nombre réduit de contrôles a posteriori à une démarche de sécurisation systématique a priori de la gestion des droits et des prestations sociales, qui repose sur un système déclaratif trop ouvert dont le resserrement est nécessaire.

Ce resserrement devrait concerner notamment les comptes bancaires sur lesquels sont versés les prestations, la conformité des facturations des professionnels et des établissements de santé à la réglementation et aux prescriptions médicales, les assiettes salariales des droits sociaux déclarées par les employeurs, les montants de ressources et les situations professionnelles déclarées par les bénéficiaires des prestations, les logements supportant des aides et les cartes Vitale. Un accent particulier devrait être mis sur l’objectivation et la résorption de l’important surnombre de bénéficiaires de droits ouverts – exercés ou non – à des prises en charge de frais de santé par l’assurance maladie.

La recherche et la sanction des fraudes doivent aussi faire l’objet de progrès.

La Cour formule 15 recommandations visant notamment à :

  • apprécier l’ampleur de la fraude aux prestations et les résultats obtenus, pour objectiver les progrès réalisés et mettre en œuvre les mesures adéquates ;
  • tarir les possibilités systémiques de fraude : circonscrire les usurpations d’identité, fiabiliser les données servant à établir les prestations et gérer de manière plus rigoureuse les droits et les prestations d’assurance maladie ;
  • mieux prévenir, intensifier et faciliter la recherche de fraudes, en développant les contrôles sur place, les plus poussés, en étendant la mutualisation des informations entre organismes sociaux et avec les administrations de l’État et en créant une unité transversale pour mieux lutter contre les fraudes sophistiquées ou en bande organisée ;
  • sanctionner plus efficacement les fraudes sur le plan financier, notamment pour l’assurance maladie, en recouvrant plus efficacement les sommes liées à des fraudes détectées, et en recourant davantage, en fonction de la gravité des faits, au déconventionnement des professionnels de santé.

Les compétences de nos « élites » pour élaborer des solutions ne font aucun doute, encore faudrait-il qu’ils en prennent le temps et s’y intéressent enfin !

Gérard Emile

Hôpitaux surchargés

L’annonce a de quoi révolter les vrais malades en attente de soins !

Alors que les hôpitaux sont saturés partout en Bretagne et en France, que les services d’urgence sont contraints de fermer à certains moments de l’année et que des opérations urgentes sont repoussées indéfiniment, le CHU de Rennes annonce ce lundi 23 janvier qu’il « étoffe son offre de soins à destination des « femmes » transgenres » .

« Il y a tout juste un an, nous annoncions par voie de communiqué la réalisation de la première vaginoplastie au CHU de Rennes, devenant ainsi l’un des rares établissements français à proposer ce parcours de soins aux personnes transgenres. Depuis, près d’une trentaine de femmes ont pu bénéficier de cette intervention au CHU. En les accompagnant dans leur transition, l’établissement participe à répondre à un enjeu de santé majeur qui concerne, rien qu’en Bretagne, plus de 30 000 personnes. Dans ce contexte, l’hôpital continue de faire évoluer son offre de soins à destination des « femmes » trans. C’est ainsi qu’ont respectivement eu lieu les 11 et 16 janvier derniers une féminisation faciale complète, une première pour le CHU, suivie quelques jours plus tard d’une vaginoplastie robot-assistée, une première française. »

A noter que la plupart de ces opérations de confort sont prises en charge par la Sécurité sociale. Lorsque ces messieurs-dames veulent « détransitionner », les actes de chirurgie de reconstruction seront également majoritairement pris en charge par l’argent public.

Après les « monsieur-madame », l’hôpital public de Rennes annonce qu’il prendra bientôt en charge les opérations de confort des « madame-monsieur » :

« Le service prévoit également, au cours des prochaines années et en collaboration avec le service de chirurgie plastique, de développer cette activité en débutant les chirurgies masculinisantes, à savoir des métaïdioplasties(création d’un pénis par allongement du clitoris)  et des phalloplasties (création d’un pénis à partir de peau prélevée ailleurs). Du côté de la chirurgie plastique, le service a d’ores et déjà effectué en moins d’un an près d’une vingtaine de torsoplasties/mammectomies pour la masculinisation du torse. »

Notons qu’il y a trois semaines de cela, le professeur rennais Louis Soulat, vice-président du syndicat Samu-Urgences de France et chef des Urgences de Pontchailloux indiquait que les Urgences du CHU de Rennes étaient saturées. « Mardi matin, il y avait encore 40 patients à attendre sur des brancards dans le service » précisait-il pour l’occasion au Télégramme.

Source

La Raison vs la Stupidité

Les évènements qui se déroulent en Ukraine sont d’une extrême gravité et la soumission aux ordres des Etats-Unis, en réalité la caste financière anglo-saxonne qui veut dominer le monde, en est la conséquence. 

Dès son accession au pouvoir Vladimir Poutine a souhaité un rapprochement avec l’Europe mais c’était sans compter avec la veulerie de dirigeants européens et les manigances américaines qui ont réussi à faire échouer tout processus dans ce sens.

« L’Américain » a réussi, par la manipulation de l’OTAN et la complicité de François Hollande et Angela Merkel, signataires des accords de Minsk (1), a provoquer la Fédération de Russie soucieuse de protéger son territoire, sa population et ses intérêts.

Il est de notoriété publique que le régime ukrainien en place est favorable aux idées d’extrême extrême droite qui a laissé des traces de sa nocivité dans l’esprit d’un certain nombre d’individus au pouvoir (2).

Les responsables politiques européens se sont scindés en 2 catégories consistant pour l’une à opter pour une position modérée afin de limiter les risques d’explosion du conflit à l’échelle de notre continent contre une seconde catégorie de va-t-en-guerre irresponsables adeptes inconditionnels des ordres de l’Oncle Sam.

Raisonnablement pensé : L’Autriche et la Hongrie n’enverront pas d’armes en Ukraine, ont déclaré la ministre autrichienne de la Défense Klaudia Tanner et son homologue hongrois Kristóf Szalay-Bobrovniczky lors d’une réunion à Budapest lundi, tout en soulignant l’étroite coopération entre les deux pays voisins.(3)

Stupidement pensé : La France et l’Australie vont produire conjointement « plusieurs milliers d’obus de 155 mm »à fournir à l’Ukraine, ont annoncé les ministres de la Défense australien et français (4)

La France va livrer 12 canons Caesar supplémentaires à l’Ukraine. Sébastien Lecornu a annoncé mardi 31 janvier que la France allait fournir à l’Ukraine 12 canons Caesar supplémentaires, qui viendront s’ajouter aux 18 exemplaires déjà livrés. Le ministre des Armées a également promis à son homologue ukrainien un système de radar antiaérien développé par Thales et a indiqué vouloir sécuriser les stocks de missiles sol-air Crotale.(5)

(1)

(2)

https://www.cairn.info/revue-humanisme-2014-2-page-5.htm

https://www.cairn.info/revue-etudes-2018-5-page-19.htm

https://www.cairn.info/revue-autrepart-2008-4-page-59.htm

https://www.cairn.info/l-europe-barbare–9782262065096-page-341.htm

https://www.cairn.info/revue-outre-terre2-2014-4-page-292.htm

https://www.cairn.info/revue-politique-etrangere-2014-2-page-95.htm

https://www.cairn-int.info/journal-revue-d-histoire-de-la-shoah-2021-1-page-13.htm#xd_co_f=NjZiY2YxYTYtMjdjMC00NWQzLWI0MmEtYTVlOTQ0ZDY0NDU0~

(3) https://www.euractiv.fr/section/l-europe-dans-le-monde/news/envoie-darmes-en-ukraine-lautriche-et-la-hongrie-disent-stop/?utm_source=piano&utm_medium=email&utm_campaign=28646&pnespid=puQ9CHhDPqBLxfaQqj2vTpSVvh7_C8EsKfXnyvtvt0dmXocnwGIN649pJm5nS2eA8qbpg2lV

(4) https://www.euractiv.fr/section/l-europe-dans-le-monde/news/france-et-australie-annoncent-des-livraisons-communes-dobus-a-lukraine/?utm_source=piano&utm_medium=email&utm_campaign=28646&pnespid=6uM3UX1IOP9GwOLD.jTtGcvX7w2iRZ8qJLOw3fc3ok1mU4aHRIOOHOopMNWDN4RcxlySO5vYgg

(5)

L’honneur, valeur oubliée ?

Le Général Roure présente une approche de l’honneur que nombre de Français, civils et militaires ont renié en acceptant une complète servilité à « l’Américain » qui n’est ni un ami, ni un allié mais un partenaire opportuniste, dominateur et intransigeant (1).

Un ancien officier-général de la Marine, lié par ses activités civiles aux États-Unis d’Amérique, vient, dans une tribune, de vivement critiquer ses homologues. Il leur reproche sévèrement de ne pas penser selon la doxa euro-otano-états-unienne dans l’analyse du conflit en Ukraine. Il ne les considère plus, sans nul doute, comme ses camarades. Je ne suis pas pro-Russie et encore moins pro-États-Unis, je suis un patriote. Je crois avoir fait mon devoir, jusqu’à ce jour, pour servir exclusivement mon pays. Au cours de ces longues années j’ai pu découvrir toutes sortes d’actions visant à ruiner le patriotisme français et l’indépendance de la France. Elles sont insidieuses mais procèdent toutes de la prétention états-unienne à dominer le monde et du matraquage d’idées supranationales propagées par les idéologues euro-atlantistes.
Dans de lointaines fonctions, j’ai eu sous ma responsabilité les observateurs français dans les différentes missions onusiennes. Lors de mes visites de contrôle, j’ai souvent été obligé de leur rappeler, contrairement à ce qui leur était seriné, qu’ils servaient la France dans une mission internationale et seulement elle. Ils demeuraient des officiers français, malgré le béret bleu qu’ils portaient. Il semble que cette simple vérité ait été oubliée par quelques officiers-généraux minoritaires adoubés par les médias grand-public.
Sans hésitation, ni mouvement de conscience, dans ce conflit ukrainien, ils défendent les intérêts des États-Unis. Ils en viennent à reprocher à ceux qui examinent les faits, de simplement les constater. Dans cette affaire, les fauteurs de guerre sont précisément ceux dont ils se sont érigés en porte-parole. Curieusement ces officiers-généraux, pour la plupart, ont servi dans l’OTAN et en ont tiré quelques avantages…
J’aimerais leur dire que la France n’a strictement aucun intérêt en Ukraine mais que ses dirigeants, malheureusement, se sont ralliés à un pays prédateur aux ambitions totalitaires. Sous couvert de l’Alliance Atlantique et de l’OTAN, il continue, inlassablement à appliquer la doctrine de Monroe et son corollaire au nom d’une invraisemblable « destinée manifeste ». Les États-Unis croient avoir mission divine de dominer le monde. L’appui supposé de Dieu est le propre de quelques impérialismes. « In God we trust » a été concurrencé, un moment, par « Got mit uns ». Cette invraisemblable prétention a été confirmée par des personnages comme Kissinger et surtout Brzezinski, auteur du Grand Échiquier et du Vrai Choix, où il affirme, avec le même cynisme qu’Hitler dans Mein Kampf, que « l’amélioration du monde et sa stabilité dépendent du maintien de l’hégémonie des États-Unis ».
J’aimerais préciser, à ces camarades égarés, que les États-Unis n’ont cessé de malmener la France depuis la victoire alliée de 1945 dont ils revendiquent l’exclusivité. Je note incidemment que sans l’énorme effort de la Russie des Soviets et sans les Armées alliées, dont la nôtre et sa composante Résistance, ils auraient eu bien de la peine à parvenir à la victoire.
Cependant ils possèdent Hollywood et tout un énorme système de contrôle, d’influence, de domination et de désinformation. Il passe par leurs ONG, le dollar, les fonds de pension, le Droit extraterritorial, la CIA, l’imposition de leur langue, une armée d’occupation avec 800 implantations dans le monde… et des politiciens étrangers, convertis, oubliant leur patrie et même, je le constate amèrement, quelques officiers-généraux français.
Je note aussi qu’ils n’ont jamais gagné une guerre seuls et qu’ils ont perdu toutes celles qu’ils ont engagées. Dois-je énumérer leurs défaites et leurs retraits honteux? En vrac, pour être bref: Corée, Vietnam, Somalie, Irak, Syrie, Afghanistan…partout ils ont créé le chaos, comme notamment en ex-Yougoslavie ou en Libye.
Que l’on ne me dise pas non plus qu’ils ont permis la victoire de 1918 face à l’impérialisme prussien. Ils ne sont pas rentrés en guerre en 1917 comme leurs sectateurs essaient de nous le faire croire mais en juin 1918, après que les Français les eurent équipés de chars, d’avions, de mitrailleuses, de canons et instruits leurs officiers et soldats. Ils perdirent 100 000 hommes, bien peu au regard des armées française, britannique ou italienne, dont 50 000 par maladie.
Vous qui êtes subordonnés à eux, observez ce que nous leur devons véritablement sur une récente et brève période. Souvenez-vous du contrat rompu avec la Russie, selon leurs exigences. Il concernait deux porte-hélicoptères que nous avions construits. Rappelez-vous les millions de dollars d’amendes payés par nos banques et entreprises dans le cadre de l’externalisation de leur Droit, parce que certains de leurs clients ne plaisaient pas à Washington. Je passe sur leur rôle déterminant au sein de l’UE qui est une de leur réalisation et où, depuis toujours, directement où indirectement, via leurs groupes de pression, ils pèsent sur la politique de cette organisation. Je souligne, au passage, que madame Von der Leyen, malgré son patronyme germanique, est d’ascendance états-unienne. Sa famille jadis s’est enrichie dans la traite négrière, et son mari travaille aux États-Unis. Je termine ce panorama très rapide, et non-exhaustif, par l’affaire de la rupture du contrat de vente de sous-marins conclu avec l’Australie où la France s’est fait spolier par son allié!
Mais pourquoi donc les États-Unis, qui ne sont pas nos amis, sont-ils entrés indirectement en guerre contre la Russie? Ce pays s’intégrait lentement mais sûrement à l’univers européen et les échanges se multipliaient et s’intensifiaient. L’Ukraine n’a jamais été qu’un prétexte. Nous savons que Kiev malmenait terriblement les russophones du Donbass et que l’Ukraine avait émis le souhait d’intégrer l’OTAN. Nous savons que la CIA, était à la manoeuvre depuis bien avant le coup d’État de Maïdan, et qu’un vaste système de mensonges et de désinformation allait tout faire pour justifier l’injustifiable. Pourtant James Baker avait promis à Gorbatchev que les anciens pays du Pacte de Varsovie n’intégreraient pas l’OTAN…Tromperie, évidemment! il finit par ne manquer que l’Ukraine pour que la Russie soit totalement ceinte par cette organisation. Les Russes ont finalement compris qu’il n’y avait rien à espérer d’un pays à l’orgueil démesuré et systématiquement mensonger. Ils sont alors tombés dans le piège états-unien et ont lancé leur opération militaire spéciale. Les soi-disant occidentaux ont eu beau jeu, alors, d’accuser la Russie d’agression.
En fait, messieurs les quelques officiers-généraux qui critiquez les patriotes, vous soutenez les buts de guerre de Washington. Il s’agissait pour les États-Unis de détruire la Russie et de partager son vaste territoire en au moins trois parties dont l’une, après modification de son régime, aurait pu se rapprocher de l’UE. Une UE déjà sous leur contrôle via, précisément, l’OTAN et l’Allemagne leur allié favori et obéissant. La Sibérie et l’Extrême-Orient devenant des protectorats états-uniens complétant ainsi leur dispositif, au Sud, sur l’Océan Pacifique, pour encager la Chine, leur futur ennemi.
La France n’avait aucun intérêt à entrer dans ce conflit. Vous en avez vu les conséquences sur notre économie, déjà fragilisée, et sur notre société perturbée. Mais sans doute considérez-vous qu’il s’agissait là du prix à payer pour continuer à servir les ambitions étasuniennes auxquelles vous adhérez. Ce ralliement stupide de la France a surtout miné sérieusement sa puissance. Désormais nous payons très cher notre énergie et nos importations. Parallèlement nous enrichissons la Russie. Bravo! Vous ne direz jamais que les responsables sont ceux qui ont saboté notre production d’électricité nucléaire pour complaire aux Allemands et faciliter in fine l’importation de gaz de schiste en provenance des États-Unis d’Amérique… Vous ne l’avouerez pas car les responsables sont exactement les mêmes qui nous ont impliqués dans cette affaire ukrainienne et, qui, comme vous, encensent les États-Unis d’Amérique et l’OTAN. Cette organisation a muselé l’ONU, ce qui a dénaturé notre siège permanent au Conseil de sécurité et effacé notre droit de veto. Notre dissuasion nucléaire, désormais, n’a plus de réelle utilité puisque notre engagement aux côtés des États-Unis nous amène à avaliser l’emploi tactique de l’arme atomique en contradiction avec notre politique d’emploi stratégique uniquement en cas de menace sur nos intérêts vitaux. Enfin la Russie, ayant fait l’analyse de nos faiblesses, a pu pénétrer notre dispositif en Afrique. Elle nous aura chassés, avec ses mercenaires de l’OMP Wagner, de plusieurs pays, pour lesquels nous avions pourtant engagé la vie de nos soldats. Sans doute n’aviez vous pas imaginé que la France pouvait être grande et indépendante, aussi, grâce à des atouts outre-mer.
Je croyais ingénument – semble t-il – que tous les officiers français avaient, parmi leurs qualités, celle d’analyser le monde et de regarder les relations internationales au prisme de leur patriotisme.
Je me suis alors souvenu que notre histoire, dans ses heures les plus sombres, a toujours connu des personnages qui l’ont trahie. Quelques noms me sont venus à l’esprit. De l’évêque Cauchon, dévoué aux Anglais, en passant par le connétable de Bourbon et le Grand Condé, un temps à la solde des Espagnols, en arrivant à Laval, Doriot et quelques autres avec leurs miliciens au service des Allemands. Je n’ai pas voulu approfondir, ni inclure dans cette courte liste quelques uns des politiciens d’aujourd’hui qui mériteraient, selon certains, d’y figurer. Ils minent l’indépendance et la grandeur de la France.
J’espère que vous reconnaîtrez vos erreurs de comportement et que vous n’allongerez pas cette triste liste.
Général (2S) Henri ROURE
https://www.breizh-info.com/2023/02/01/214676/aux-ordres-de-la-banniere-etoilee/

(1)

Gouverner autrement

Pourquoi s’encombrer de l’avis des parlementaires ? Il suffit de gouverner par décrets et se passer de l’avis de la représentation nationale !

Députés et sénateurs ne servent plus à rien !!!

Démocratie ? Non, dictature.

Auditionné par le Sénat sur la réforme des retraites, le ministre du Travail Olivier Dussopt a eu à répondre aux inquiétudes des élus sur la méthode déployée par l’exécutif. En effet, de nombreuses mesures de justice sociale promises par le gouvernement ne figurent pas dans le texte présenté, et seront plutôt adoptées par décret.
https://www.publicsenat.fr/article/parlementaire/reforme-des-retraites-ces-mesures-prises-par-decret-qui-inquietent-les?_ope=eyJndWlkIjoiMjIzZGI4OGE0NWM5ZWY1YTAyYjgxNmY1ZjEwNTM4OWEifQ%3D%3D

Détruire le service public

Après les hôpitaux et autres services publics, ILS s’attaquent à l’Education Nationale !

Le projet du pouvoir exécutif sous la houlette de Macron est de supprimer l’Etat-providence, de détruire le service public et d’en privatiser l’intégralité des composantes pour répondre aux exigences de la finance anglo-saxonne qui pourra ainsi nous exploiter à son profit.

Refusons cette tentative de main-mise sur notre pays et l’asservissement à une caste éttoufée par sa puissance financière qu’elle entend maximiser au détriment des peuples.

Jusqu’où iront-ils ? Aurons-nous droit bientôt droit à une Justice privée, une Défense nationale par une Armée privée, un Parlement privé, une sécurité intérieure par une police privée ??????

Nous devons résister à cette politique désastreuse de la clique au pouvoir.

Dans un nouveau rapport, la Cour des Comptes dessine un système éducatif composé d’établissements secondaires autonomes, sous contrat avec l’Etat et la collectivité locale. Leur financement dépendrait des résultats des élèves. A leur tête, un vrai manager doté de pouvoirs d’évaluation, de paye et de recrutement sur les personnels de l’établissement, enseignants compris Le rapport appuie les projets d’Emmanuel Macron pour l’École et soutient expressément la démarche du CNR, du nouveau pacte et du CEE. Pour la Cour, il est clair que le moment est venu d’avancer dans la privatisation du système éducatif.
Suppression pure et simple du système éducatif républicain au détriment de l’égalité puisque chaque établissement privé pourrait, en fonction du potentiel financier des parents, choisir ses candidats.
« Face aux résultats mitigés des élèves français dans le cadre des évaluations internationales, une amélioration de l’organisation scolaire s’avère indispensable… »
La faute à qui ? Incompétence ? Destruction volontaire ???? Que les ministres successifs depuis des décennies viennent nous expliquer les raisons qui les ont poussé à transformer l’l’Education Nationale, joyau de la République en une fabrique de crétins.

Article à lire sur =>https://www.cafepedagogique.net/2023/01/30/la-cour-des-comptes-relance-la-privatisation-de-lecole/

L’Affreuxcain

Autant en politique intérieur qu’en politique extérieur le locataire de l’Elysée montre son incompétence à diriger notre pays. De la Russie au fin fond de l’Afrique il a réussi à nous faire fâcher avec tout le monde et la France finira dans le caniveau.

Retrait de l’armée française au Burkina Faso :
« La pression mise par la Russie et sa milice Wagner pour nous chasser a fini par payer« 
https://www.publicsenat.fr/article/politique/retrait-de-l-armee-francaise-au-burkina-faso-la-pression-mise-par-la-russie-et-sa?_ope=eyJndWlkIjoiMjIzZGI4OGE0NWM5ZWY1YTAyYjgxNmY1ZjEwNTM4OWEifQ%3D%3D

Sabotages et trahisons

7 minutes impressionnantes d’une vérité écoeurante de personnages qui sont à traduire en justice pour sabotage et trahison de la France !

Sources : https://dissidentofficiel.com

Récompenser mixité et wokisme

La commission européenne n’a pas d’argent pour protéger les frontières de l’UE (*) mais elle sait en trouver pour aider le clown-président et son régime corrompu de nazis en herbe et la promotion du « grand mélange » et de cette absurdité, le « wokisme.

Promouvoir la diversité dans l’UE en 2023
L’égalité et la diversité figurent parmi les principales priorités de la Commission européenne. Pour lutter contre la discrimination et promouvoir des sociétés plus égalitaires, la Commission a adopté une approche proactive, assortie de plans d’action et de mesures ciblés.
Dans le cadre des efforts qu’elle déploie pour respecter son engagement à favoriser des sociétés plus inclusives et équitables en Europe, la Commission organise pour la deuxième fois le Prix des capitales européennes de l’inclusion et de la diversité. Cette nouvelle initiative vient compléter l’annuel Mois européen de la diversité, qui sensibilise à l’importance de la diversité et de l’inclusion sur le lieu de travail et dans nos sociétés.
https://www.eudiversity2023.

(*) https://laplumeducitoyen.org/2023/01/27/de-qui-se-moque-t-on-2/

Déséducation nationale (…)

Comment faire comprendre au ministère que l’année de terminale est devenue une course absurde depuis la réforme Blanquer ? Le 25 janvier, la conférence des associations de spécialistes, réunissant les différentes disciplines du lycée, organise une course autour du ministère. Les professeurs courent autour des murs de la rue de Grenelle comme ils courent après les programmes. Ils dénoncent des programmes infaisables et aussi une atteinte à l’égalité des chances. « On est face à un mur », dit justement Solène Pichardie, présidente de l’Apses. Le ministère s’obstine…
Environ deux cents enseignants, représentant les associations professionnelles d’enseignants (APSES, APPEP, APLV, UdPPC, UPBM, APBG, APLettres, APSMS, APHG, CNARELA), ont défilé autour du ministère de l’éducation nationale le 25 janvier. Avec le soutien de syndicats (Snes, Snalc, FO, Cgt, Sud) ils demandent le report des épreuves de spécialité au mois de juin. Le ministère les a fixées au mois de mars et il n’en démord pas.
« Le ministère nous dit que c’est important que les notes de spécialités soient disponibles pour Parcoursup », explique Solenn Pichardie, co-présidente de l’Apses.C’est un faux argument car les enseignants du supérieur se rendent compte que ces notes n’ont pas grand sens. Ce sont des notes d’élèves pas prêts à entrer dans le supérieur. L’an dernier on a d’ailleurs dû les remonter fortement ».
Pour l’Apses, le calendrier de l’année de terminale, avec cette épreuve avancée en mars, oblige à courir toute l’année pour couvrir le programme. Cela se fait au détriment de la méthodologie et par suite aux dépens des élèves qui ont besoin d’aide, qui sont souvent les élèves de milieu populaire. « Il y a une vraie question d’égalité des chances », dit S Pichardie.
Pour l’Udppc, Marie Thérèse Lehoucq, nous confirme que « le calendrier est intenable » face à des programmes « très denses ». « On se retrouve à fonctionner comme en prépa. On avance dans le programme et on ne revient jamais en arrière. Avec ce fonctionnement on nous demande en fait de faire un tri des élèves. Cette injonction de tri est très difficile pour nous ».
Marie Perret, présidente de l’APPEP, une association de professeurs de philosophie, vit mal le fait que l’épreuve de philosophie du tronc commun soit la seule fixée au mois de juin. « On a isolé la philosophie », confie-t-elle. L’APPEP craint que les élèves soient absents après les épreuves de spécialité de mars. « On a vu cela l’an dernier quand la date des épreuves de spécialité était en mai. Après mai la moitié des élèves a disparu ». Quand à la spécialité HLP, à laquelle participe la philosophie, elle rencontre les mêmes difficultés que les autres disciplines, notamment le manque de temps pour préparer les élèves sur le plan méthodologique. « On ne peut plus aider les élèves les plus fragiles ».
La question du calendrier des épreuves de spécialité est posée à Pap Ndiaye depuis son arrivée rue de Grenelle. Le 22 septembre il a choisi de les avancer au mois de mars. Ainsi il se situait dans l’orthodoxie par rapport à la réforme imaginée par JM Blanquer, même si celui-ci n’a jamais réussi à la mettre réellement en place. Depuis, Pap Ndiaye a donné de plus en plus de gages aux partisans des idées de JM Blanquer. Face à ces choix, les associations d’enseignants ne désarment pas. Ce sont elles, et les lycéens, qui vivent les dégâts occasionnés par la réforme. Cette année encore, la réforme Blanquer ne passe pas.
François Jarraud
Source : https://www.cafepedagogique.net/2023/01/26/les-professeurs-de-terminale-face-au-calendrier-destructeur-du-bac/

494 !!!

C’est le nombre de jours que des personnels soignants, des pompiers, des militaires…. sont suspendus pour avoir refusé de servir de cobaye gratuitement à des injections de substances de thérapie génique en phase d’expérimentation clinique.

La France est le SEUL pays au monde à maintenir des citoyens dans une telle situation infamante, sans indemnisation, sans revenus … par pure idéologie grotesque et illégale.

Le pouvoir exécutif de notre pays tend vers un modèle de gouvernance dictatoriale en méprisant la Loi, en abusant du 49.3 en refusant à la Nation française la souveraineté et la démocratie, fondements de notre République.

Nos pseudo-représentants nationaux, députés et sénateurs, ne sont que des pantins à la solde de l’exécutif, obnubilés par une potentielle réélection et leurs intérêts propres. Ils ont oublié leurs électeurs. Chassons les des hémicycles et réorganisons notre système de représentation nationale.

Pourquoi ne pas imaginer pour chacun des personnages supposés faire appliquer notre droit à la démocratie d’être soumis à :

– une charte définissant engagement et mission,

– une surveillance par un comité de citoyens,

– une possibilité de révocation en cas de manquements aux engagements prévus.

Soyons les acteurs de la démocratie pour laquelle se sont battus nos Anciens.