S’informer, évaluer, comprendre

Ce que les médias ne diffuseront pas par crainte de déplaire au politiquement correct imposé par la Doxa !

Sur les activités militairo-biologiques des États-Unis en Ukraine

La partie russe tient à attirer l’attention de la communauté internationale sur une série de menaces à caractère biologique découlant du non-respect par les États-Unis et l’Ukraine de la Convention sur l’interdiction des armes biologiques et à toxines (CABT).

1. Il existe actuellement plus de 50 laboratoires de recherche biologique contrôlées par le Pentagone et modernisées à ses frais à proximité immédiate des frontières de la Fédération de Russie. Selon le ministère chinois des Affaires étrangères, le département de la Défense des États-Unis contrôle un total de 336 laboratoires biologiques dans 30 pays du monde.

Leurs activités s’accompagnent d’une aggravation de la situation épidémique sur des infections particulièrement dangereuses, ainsi que de l’apparition de maladies infectieuses atypiques pour une région concernée.

Le montant total des dépenses américaines pour les programmes biologiques en Ukraine a dépassé 250 millions de dollars. Les travaux ont été coordonnés par le bureau de réduction des menaces du département américain de la Défense (DTRA). Les recherches ont été menées dans le secret, avec un accès limité des spécialistes ukrainiens aux informations et aux locaux.

Le Pentagone a l’intention de transférer dès que possible les programmes inachevés en Ukraine vers d’autres pays post-soviétiques, ainsi que vers les pays d’Europe de l’Est (comme la Bulgarie, la République tchèque) et les États baltes.
L’expansion du réseau de laboratoires biologiques, sur la base duquel il est possible de créer et de stocker des composants d’armes biologiques, constitue une menace pour la sécurité militaire de la Fédération de Russie.

2. L’orientation d’activités menées par le Pentagone ne correspond pas aux problèmes de santé actuels de l’Ukraine, dont les principaux sont des maladies socialement importantes : rougeole, rubéole, tuberculose, sida. En même temps, les clients américains s’intéressent à une autre série de maladies, à savoir : choléra, tularémie, peste, fièvre hémorragique de Crimée-Congo, hantavirus. L’intérêt des biologistes militaires américains est lié au fait que ces agents pathogènes ont des foyers naturels à la fois en Ukraine et en Russie, et leur utilisation peut être déguisée en épidémies naturelles de maladies.

Les activités des laboratoires biologiques ont déjà entraîné une augmentation incontrôlée de l’incidence d’infections particulièrement dangereuses et économiquement importantes en Ukraine. Sur le territoire ukrainien, une augmentation du nombre de cas de rugéole, diphtérie, tuberculose est enregistrée. L’incidence de la rougeole a augmenté de plus de 100 fois. La situation sur la peste porcine africaine s’est considérablement aggravée.

3. L’un des objectifs prioritaires des laboratoires ukrainiens est de collecter et d’envoyer aux États-Unis des souches d’agents pathogènes de maladies infectieuses dangereuses – choléra, anthrax, tularémie. En même temps, la transportation des agents pathogènes n’était pas contrôlée dans le cadre de l’OMS, de la CABT ou d’autres institutions internationales. Le nombre total de souches exportées pourrait dépasser dix mille.

4. Selon les documents disponibles, des prélèvements de sang pour les anticorps à hantavirus ont été effectués sur 4000 militaires à Lvov, Kharkov, Odessa et Kiev, et sur 400 militaires pour détecter les anticorps à la fièvre hémorragique de Crimée-Congo. Un tel dépistage immunitaire à grande échelle pourrait être mené afin d’évaluer la sensibilité de la population de la région à certains agents biologiques.

5. Il existe des informations sur le développement et le brevetage aux États-Unis de moyens techniques pour la livraison et l’utilisation d’armes biologiques par le biais des drones.

En outre, la partie russe dispose d’une confirmation de la demande de l’Ukraine au producteur turc de drones «Bayraktar» en date du 15 décembre 2021 sur la possibilité de les équiper de systèmes et mécanismes de pulvérisation d’aérosols d’une capacité de plus de 20 litres.

Les programmes militaires et biologiques américaines, sous camouflet des fins pacifiques, constituent une menace tant pour la Russie que pour l’ensemble de la communauté internationale.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :