Félicitations !

La réussite est au bout de la provocation. L’oligarchie financière anglo-saxonne a confié à un vieux cow-boy sénile la mission de mettre le feu en Europe en provoquant la Russie par le biais de l’OTAN. Une subtile manoeuvre pour infliger aux peuples européens le risque terrible d’une confrontation avec non seulement la Russie mais également ses pays amis au sein de l’OCS et du BRICS. 

Les dirigeants européens, les technocrates et les élus de l’UE suivent tels des petits roquets bien dressés, aboyant comme des chiens fous aux ordres du vieux cow-boy sénile. Ils applaudissent frénétiquement aux injonctions d’un Ukrainien manipulé tel une marionnette pour attiser le feu, se moquant éperdument de ce que subit son peuple de par son inconséquence et son irresponsabilité.

Résultat ? L’économie européenne sur le fil du rasoir comme l’explique ce professeur américain d’économie. 

BERKELEY – L’économie européenne se tient en équilibre entre la récession et la croissance. Le fil du rasoir est ténu, pour cette raison que les décideurs européens n’ont exactement aucun contrôle sur le résultat.

Avant l’attaque du président russe Vladimir Poutine contre l’Ukraine, la relance de l’Europe, suite aux dégâts causés par la pandémie de COVID-19, était en train de se solidifier. La production industrielle a augmenté en janvier et le commerce de détail a rebondi. Le climat économique s’est amélioré au cours de la première moitié de février, dépassant les niveaux antérieurs à la pandémie. Mais la guerre a ensuite mis à mal la confiance des consommateurs en augmentant les incertitudes et en faisant grimper les prix de l’énergie et des matières premières. À la mi-mars, l’indicateur de confiance des consommateurs de la Commission européenne est tombé à son niveau le plus bas depuis le début de la pandémie. 

Jusqu’à présent, les données ne montrent cependant qu’un léger ralentissement de la demande et des perturbations limitées de l’offre. Ces données ne signalent rien de semblable à l’effondrement de l’activité qui a accompagné les confinements de 2020-21 causés par la pandémie. Le système de suivi hebdomadaire de l’activité économique de l’OCDE, qui utilise l’apprentissage automatique et les données de Google Trends pour en déduire les changements en temps réel, ne signale qu’un léger ralentissement. Les recettes des salles de spectacle sont stables. Les recettes des restaurants sont stables. Les données du service de navigation TomTom ne suggèrent pas une baisse importante de l’activité liée à la mobilité.

En réponse à la guerre et au choc énergétique, la Banque centrale européenne a, à juste titre, revu à la baisse ses prévisions de croissance de la zone euro pour 2022, passant de 4,3 % à la fourchette de 2,3 % à 3,7 %, en fonction de l’évolution des prix du pétrole et du gaz. Néanmoins, même son « scénario catastrophe » de prix élevés de l’énergie sur une longue période prévoit toujours une croissance supérieure à la tendance en 2022. 

Une énergie plus chère sera sans aucun doute un frein à la croissance. Mais si le gaz russe continue de s’écouler, les prix plus élevés ne vont pas intégrer une récession. Inévitablement, les bénéfices seront étouffés par des intrants plus coûteux. Malgré cela, les producteurs européens peuvent prendre des mesures en vue d’économiser l’énergie et de maintenir l’activité économique. 

Mais si utiliser moins de gaz est une chose, ne plus en utiliser du tout en est une autre. Dans ce dernier scénario, les usines fonctionnant au gaz ne feront pas d’économies : elles seront contraintes de fermer. Avec le temps, le gaz naturel américain peut être remplacé. Mais l’Allemagne ne dispose pas de terminaux de gaz naturel liquéfié et aura besoin du reste de l’année 2022 pour installer son premier terminal de GNL flottant – un superpétrolier aménagé – même si tout se déroule comme prévu. Dans le même temps, la consommation de gaz de l’Allemagne chutera de 30 à 40 %. Même en supposant que les autorités monétaires et fiscales réagissent avec force pour éviter les effets du second tour sur le cycle des affaires, cela pourrait faire passer la croissance allemande en 2022 de 1,8 %, la dernière prévision du Conseil des conseillers économiques du gouvernement allemand, en territoire négatif et récessif. 

Et c’est là que le manque de contrôle de l’Europe entre en jeu. La suspension des approvisionnements en gaz dépend entièrement de Poutine, qui pourrait décider de mettre fin aux livraisons en représailles contre les sanctions occidentales. Il a peut-être besoin de ces revenus, mais ce ne serait pas la première fois que la colère et la fierté ont le dessus sur la logique économique. Si l’Occident effectue des paiements non pas à Gazprombank mais à des comptes séquestres, Poutine perdra sa dernière incitation à maintenir le flux de gaz. Il sait que ces comptes seront finalement utilisés pour financer la reconstruction ukrainienne plutôt que pour remplir les coffres du gouvernement russe. 

Par-dessus tout, si Poutine laisse son armée commettre des atrocités contre les civils ukrainiens, les opinions publiques et les responsables politiques d’Europe occidentale se ligueront contre lui. Compte tenu de l’histoire de leur pays, les Allemands ne seront pas en mesure de rester passifs, dans des foyers chauffés au gaz russe, face à ce comportement monstrueux. Si le chancelier Olaf Scholz ne veut pas prendre l’initiative, alors d’autres membres de sa coalition, comme la ministre de la Défense Christine Lambrecht, vont presque certainement intervenir et à un certain moment, les citoyens allemands entraîneront Scholz derrière eux. Les prochaines décisions de Poutine seront décisives en ce sens. 

Il est facile pour un américain, chauffé au gaz naturel du Texas et des Dakotas, de dire que l’Europe doit passer par une récession afin de mettre davantage de pression sur Poutine. Mais si l’administration du président Joe Biden et le Congrès américain estiment qu’il est crucial de mettre davantage de pression sur la Russie, alors ils peuvent le faire en rendant cette manœuvre utile pour l’Europe. 

L’Europe prendra la tête de la reconstruction de l’Ukraine après-guerre. La logistique est plus facile. L’Ukraine est dans le voisinage de l’Europe, comme nous le rappelle le président ukrainien Volodymyr Zelensky. L’Union européenne peut déployer ses Fonds de cohésion, ses transports transeuropéens et d’autres projets d’infrastructure, ainsi que sa Politique énergétique commune, même sans – ou de préférence avant – d’admettre l’Ukraine en son sein. 

Mais si l’Europe est le partenaire naturel pour faire le travail légal et administrer de l’aide, alors les États-Unis peuvent fournir la majeure partie du financement, au-delà de cette partie financée par des comptes séquestres et d’autres actifs extérieurs de la Russie. Il y aura un geste humanitaire adéquat une fois la guerre terminée. Mais l’engagement actuel des États-Unis en vue de dédommager l’Europe pour les mesures qu’elle doit prendre, à commencer par une interdiction des importations de pétrole et de gaz russes, est également un moyen de l’inciter à contribuer à mettre fin rapidement à la guerre. 


Barry Eichengreen, Professor of Economics at the University of California, Berkeley, is a former senior policy adviser at the International Monetary Fund. He is the author of many books, including 
In Defense of Public Debt (Oxford University Press, 2021).

Source : https://www.project-syndicate.org/commentary/europe-economic-growth-depends-on-putin-by-barry-eichengreen-2022-04/french

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :