« Demandez l’programme »

Les paroles éloquentes sont insérées au bas de l’article

Grand succès de la « pandémie » Covid et de l’état d’emprise psychologique sur une part importante de la population. Nombre de Français se sont laissés berner par les discours anxiogènes et les abus de pouvoir allant jusqu’à renier le droit construit dans notre civilisation en acceptant de servir de cobayes-testeurs d’une injection de substances de thérapie génique. 

L’analyse des résultats à court terme de l’inoculation « d’ARN messager » sur des millions d’êtres humains est connue. Apparaîtront bientôt celles à moyen terme. Ne doutons pas qu’une armée de spécialistes est au travail pour évaluer l’impact psychologique et déterminer le seuil de réaction des victimes, tout du moins celles qui seront encore vivantes ou tout du moins valides !

Ils ne peuvent pas et ne doivent pas laisser s’instaurer une révolution de protestation. Dès les premières manifestations verra-t-on apparaître, par le plus grand des hasards (!!!) la pandémie suivante beaucoup plus meurtrière (Marburg ? Ebola ? … ?) ?

Suite du programme du plan « mondialisation » :

– réduire la population

– éliminer la classe moyenne par appauvrissement

– la remplacer par une sous-classe composées d’individus totalement dépendants psychologiquement et fortement impactée par l’immigration sauvage volontairement incontrôlée

– détruire l’économie au profit d’une production monopolistique des multinationales

– développer et imposer l’identification numérique avec puce intégrée dans le corps humain (ItoB : Internet to Body),

– supprimer la monnaie fiduciaire et instaurer l’usage absolu de la monnaie numérique

– contrôler l’individu par la maîtrise totale de ses revenus et de son comportement citoyen 

Ils veulent créer un nouveau monde bâti sur 3 niveaux 

– au sommet, l’oligarchie financière anglo-saxonne (entreprises et banques multinationales détenues par les multi-milliardaires) 

– niveau intermédiaire : les « kapos », quelques tristes sires de la politique et de la haute fonction publique ramassant des miettes d’autorité et de revenus

– une base constituée de la sous-classe évoquée ci-dessus, laborieuse à souhait et maîtrisée par les « kapos » serviles.

Paroles de la chanson :

Refrain
Saluez, riches heureux, Ces pauvres en haillonsSaluez, ce sont eux
Qui gagnent vos millions
I – Dès le matin au lever de l’aurore
Voyez passer ces pauvres ouvriers
La face blême et fatigués encore
Où s’en vont-ils ?
Se rendre aux ateliers. 
Petits et grands, les garçons et les filles 
Malgré le vent, la neige et le grand froid. Jusqu’aux vieillards et mères de famille, 
Pour le travail, ils ont quitté leur toit. 
III – Combien voit-on d’ouvriers, d’ouvrières
Blessés soudain par un terrible engin, 
Que reste-t-il ?
Pour eux c’est la misère, 
En récompense, aller tendre la main. 
Et sans pitié, l’on repousse ces braves 
Après avoir rempli le coffre d’or.
Les travailleurs ne sont que des esclaves Sous le courroux des maîtres du trésor. 
II – Ces ouvriers, en quittant leur demeure 
Sont-ils certains de revenir le soir ? 
Car il n’est pas de jour ni même d’heure 
Que l’on n’en voit victimes du devoir ! 
Car le travail est un champ de bataille 
Où l’ouvrier est toujours le vaincu. 
S’il est blessé, qu’importe qu’il s’en aille 
A l’hôpital, puisqu’il n’a pas d’écus ! 
IV – Que lui faut-il, à l’ouvrier qui travaille ?
Etre payé le prix de sa sueur.
Vivre un peu mieux que d’coucher sur la paille 
Pour son repos, après un dur labeur
Avoir du pain au repas sur la table
Pouvoir donner ce qu’il faut aux enfants
Pour son repos, un peu de confortable
Afin qu’il puisse se reposer plus longtemps. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :