Aux enfants du Donbass

Rorik DUPUIS VALDER Ecrivain et reporter indépendant

S’il fallait enjamber précipitamment, sous le caprice monstrueux et assourdissant des détonations voisines, le cadavre de mes amis les plus intimes, mes camarades de jeu et de passion devenus frères d’armes malgré eux, dans le péril de l’enfance, dans leur désir trahi de grandir, de se distinguer parmi les hommes, Dmitri, Artyom, Vitali, je serais mort de frustration, mort d’incompréhension. 

Que nos peuples pacifiques, de ferveur et de labeur, servent de cible grossière et silencieuse aux envahisseurs déguisés du Grand Capital, qu’ils doivent admettre leur rôle terrorisant de victimes idéologiques, de proies obligées aux manœuvres atlantistes, aux triangulations impérialistes les plus lâches, je mourrais avec eux, mes chers et irrécupérables amis, par solidarité puérile et spontanée ou par fierté désespérée. 

Devant l’imprécision meurtrière de l’ennemi proche, devant mon école criblée de balles folles, sous la menace continue et paralysante des bombardements aveugles, je pleurerais à jamais toute ma déception du monde et des jeux adultes. Je me promettrais de rejeter corps et âme, le plus radicalement et le plus fidèlement qui soit, ces règles-là. 

Et, en mobilisant l’exigence et le courage nécessaires, profitant secrètement de quelque cessez-le-feu providentiel, j’irais soulever vos jeunes corps raidis au demi- sourire sanguinolent, pour leur offrir la plus belle parcelle de notre terre de Donbass. 

Alors je penserais. Oui, en étudiant rigoureusement l’ennemi, en fédérant les âmes volontaires et révoltées alentour, je penserais aux stratégies les plus redoutables, aux défenses les plus imparables contre l’absurde, celui qui oriente les peurs et les canons. 

Par mon obstination pratique, par ma seule croyance en un sursaut de l’intelligence collective, jamais je n’oserais renoncer à l’amitié. Car aux balles perdues et infanticides répondraient tôt ou tard les tirs de précision, dans le génie et l’anonymat justiciers, sur les fauteurs de guerre en col blanc et tous les traîtres à l’harmonie des peuples. 

Source Revue Methode Août-Septembre 2020https://www.revuemethode.org/donbass.html

Un avis sur « Aux enfants du Donbass »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :