Irresponsables et incompétents

Nombre de citoyens ne sont pas titulaires du « passe d’existence sociale« , plus connu sous l’appellation de passe vaccinal, pour des raisons qui leur sont propres et n’ont pas à être jugées si l’on s’en réfère aux fondements de notre République.

Certains craignent une inoculation de substances de thérapie génique dont on ignore tout des séquelles à moyen et long terme mais dont on sait par contre qu’elles peuvent être d’une extrême gravité, voire mortelles à court terme. 

D’autres sont plus enclins à faire confiance à la méthode traditionnelle par virus inactivé et attendent qu’un tel vaccin soit mis sur le marché après une phase d’essais cliniques sérieuse (1) et dûment certifiée par des autorités scientifiques compétentes.

Peut-on blâmer ces choix ? Ils font partie de la liberté de chacun tel que cela est inscrit dans les textes fondateurs de la Vè République française. Aller contre et pénaliser ces personnes revient à enfreindre l’article 225 du code pénal qui précise que la discrimination pour raison de santé est punissable.

Pour mémoire : Art. 225-1 : Constitue une discrimination toute distinction opérée entre les personnes physiques sur le fondement de …la particulière vulnérabilité résultant de leur état de santé… 

Quel fondement scientifique sérieux justifie cette discrimination faites à l’égard de citoyens refusant de jouer gratuitement le cobaye pour ce qui est pompeusement nommé « vaccin ».

Au-delà de l’illégalité flagrante de ce « passe du droit d’existence sociale« , s’ajoute l’incompétence des services du ministère de la Santé et des cabinets conseils, tous grassement rémunérés par les impôts des contribuables, quant à l’organisation des possibilités de réaliser des tests RT-PCR ou anti-géniques pour pouvoir se rendre en consultation à l’hôpital.

Aujourd’hui le nombre de professionnels de santé (pharmacies, cabinets d’infirmiers …) disposés à pratiquer ce genre de tests se raréfie. Il est nécessaire de parcourir des distances toujours plus importantes pour y parvenir avant de devoir patienter des heures entières parfois en extérieur et en période hivernale. Des personnes fragilisées par leur état de santé s’en trouvent fortement pénalisées et il est inadmissible que les services de l’Etat et les cabinets conseils ne soient pas capables de gérer avec sérieux et compétence une telle situation.

(1) https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/medicaments/le-circuit-du-medicament/article/le-developpement-du-medicament

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :