Sage proposition de la Gauche

NOOONNN !!!! Ne rêvez pas, il ne s’agit pas des gaucho-écolos français mais de la gauche espagnole (texte en espagnol ci-dessous). S’ils pouvaient eux aussi prendre le temps de réfléchir et émettre d’aussi bonnes et sages remarques, peut-être obtiendraient-ils plus de crédit !!!

Nous ne devons pas suivre bêtement les Américains dans leur escalade anti-Russie extrêmement dangereuse pour nous citoyens européens puisque nous serions au centre même du champ de bataille USA-RUSSIE.

L’OTAN est l’outil de propagande du service commercial de vente de l’industrie de l’armement américaine. Une guerre servirait à vendre plus d’armes, peu importe les dégâts humains ! La caste financière anglo-saxonne ne s’attache qu’à son seul intérêt, quelque soit le prix à payer par les peuples : la maximisation de ses profits.

La pandémie se termine, les riches se sont enrichis sur le dos des dettes contractées par les Etats qui seront à rembourser par les citoyens. Il leur faut trouver autre chose.

La gauche espagnole propose la sortie de l’OTAN et s’oppose à la mission du pays en mer Noire

Le partenaire de la coalition, le parti Unidas Podemos (Unies nous pouvons), et huit autres partis de gauche ont signé un manifeste commun, dans lequel ils expriment clairement leur «  rejet total  » d’une mission espagnole en mer Noire et en Bulgarie pour soutenir l’OTAN alors que les tensions en Ukraine continuent de s’accroître.

Les neuf partis ont également exhorté le Premier ministre Pedro Sánchez du Parti socialiste espagnol (PSOE) à prendre les mesures nécessaires pour mettre fin à l’adhésion de l’Espagne à l’OTAN.

Unidas Podemos, Izquierda Unida, En Comú Podem, Alianza Verde, Bildu, BNG, CUP, Más País-Equo et Compromis — tous des partis de gauche — ont demandé vendredi à l’exécutif de ne pas participer à la mission de dissuasion de l’OTAN dans la région, a rapporté EFE, partenaire d’EURACTIV.

Pendant ce temps, l’ancien dirigeant et fondateur de Podemos, Pablo Iglesias, a remis en question la nécessité pour l’Europe de s’impliquer dans un hypothétique conflit dans la région de la mer Noire samedi 22 janvier. Il a également mis en garde contre une confrontation avec la Russie, a rapporté EFE.

L’UE n’a pas «  le moindre intérêt  » à une confrontation militaire sur le sol européen avec un pays qui possède l’arme nucléaire (la Russie), a déclaré M. Iglesias. Selon lui, les citoyens espagnols ne sont pas «  idiots  » comme le croirait la ministre de la Défense, Margarita Robles, du parti au pouvoir, le PSOE. Ils savent que l’OTAN est «  une alliance militaire destinée à protéger les intérêts des États-Unis  », a-t-il ajouté.

Podemos a clairement exprimé sa position contre une éventuelle intervention militaire de l’UE et de l’OTAN dans la crise ukrainienne en cours.

Certains analystes politiques ont souligné la semaine dernière que le manifeste est un nouvel exemple des différences entre le PSOE et Unidas Podemos sur certains «  dossiers sensibles  », comme ce fut le cas pour la réforme du travail récemment approuvée.

Samedi, l’Espagne a envoyé la frégate Blas de Lezo en mer Noire dans le cadre d’une mission de l’OTAN dans la région, avait rapporté EFE. Madrid prévoit également de contribuer avec quatre ou six avions de combat Eurofighter pour renforcer la mission, qui sera déployée en février en Bulgarie.

Samedi, M. Sánchez a souligné que son gouvernement suit « de près » la crise en Ukraine et entretient des contacts réguliers avec les autres dirigeants de l’UE et l’OTAN. «  L’heure est à la diplomatie. Nous sommes engagés dans l’unité, la détente, la solidarité et le dialogue pour résoudre la crise avec la Russie  », a souligné M. Sánchez sur Twitter.

L’Espagne a rejoint l’alliance de l’OTAN en mai 1982, et un référendum a été organisé en mars 1986 ; une majorité de citoyens, 56,85 %, a alors voté en faveur de l’adhésion.

Dans leur «  Manifeste pour la paix et pour éviter une nouvelle guerre en Europe : désescalade et dialogue, pas de troupes ni d’armes pour l’Ukraine  », les neuf partis ont également exprimé leur inquiétude face à l’escalade militaire en Ukraine. Le conflit «  ne peut être résolu que par le dialogue, la désescalade et la conviction que la paix est la seule voie possible  », peut-on lire dans le texte du manifeste.

«  L’Union européenne doit éviter d’être entraînée dans le conflit et formuler des propositions concrètes de désescalade pour éviter un conflit qui porterait gravement atteinte à l’Ukraine et à l’ensemble de l’Europe  », ont-ils ajouté.

(Fernando Heller | EuroEFE.EURACTIV.es)

Bruselas (EA.com)/Madrid (EuroEFE) – Las principales noticias europeas desde las capitales de los socios que integran la red de portales multilingües de EURACTIV, entre ellos EuroEFE.

En las noticias de hoy de Las Capitales:

Un amplio abanico de la izquierda, incluido Unidas-Podemos, socio de coalición del PSOE, proponen la salida de la OTAN y alzan su voz contra el despliegue de la Alianza Atlántica en la crisis de Ucrania:

Unidas Podemos, y otros ocho partidos de izquierda han firmado un manifiesto conjunto, en el que dejan claro su «total rechazo» a una misión española en el Mar Negro y en Bulgaria para apoyar a la OTAN si sigue creciendo la tensión en Ucrania. Los nueve partidos también han instado al presidente del Gobierno, Pedro Sánchez, a tomar las medidas necesarias para que España deje de pertenecer a la OTAN.

Unidos Podemos, Izquierda Unida, En Comú Podem, Alianza Verde, Bildu, BNG, CUP, Más País-Equo y Compromís pidieron el viernes al Ejecutivo que no participe en la misión de disuasión de la OTAN en la región.

Por su parte, el exlíder de Podemos, Pablo Iglesias, cuestionó el sábado la necesidad de que Europa se involucre en un hipotético conflicto en la región del Mar Negro, y advirtió sobre un enfrentamiento con Rusia.

La UE no tiene «el más mínimo interés» en un enfrentamiento militar en suelo europeo con un país que tiene armas nucleares (Rusia), ha dicho Iglesias.  En su opinión, los españoles no son «tontos», y saben que la OTAN es «una alianza militar para proteger los intereses de Estados Unidos».

Podemos ha dejado clara su posición en contra de una posible intervención militar de la UE y la OTAN en la actual crisis de Ucrania.

Algunos analistas políticos destacaron la semana pasada que el “manifiesto” es un nuevo ejemplo de las diferencias que mantienen PSOE y Unidos Podemos respecto a algunos «expedientes calientes», como fue el caso de la recién aprobada reforma laboral.

España envió el sábado la fragata Blas de Lezo al Mar Negro en el marco de una misión de la OTAN en la región. Madrid también tiene previsto contribuir con cuatro aviones Eurofighter para reforzar la misión, que se desplegará en febrero en Bulgaria.

Sánchez subrayó el sábado que su Gobierno sigue «de cerca» la crisis en Ucrania y mantiene contactos regulares con otros líderes de la UE y la OTAN. «Es el momento de la diplomacia. Apostamos por la unidad, la distensión, la solidaridad y el diálogo para resolver la crisis con Rusia», subrayó Sánchez en Twitter.

España entró en la OTAN en mayo de 1982, y en marzo de 1986 se organizó un referéndum en el que la mayoría de los ciudadanos, el 56,85%, votó a favor de la adhesión.

«La Unión Europea debe evitar ser arrastrada al conflicto y formular propuestas concretas de desescalada para evitar un enfrentamiento que dañaría gravemente a Ucrania y a toda Europa», añaden los firmantes del manifiesto.

(Fernando Heller | EuroEFE.EURACTIV.es)

Source : https://www.euractiv.fr/section/lactu-en-capitales/news/la-gauche-espagnole-propose-la-sortie-de-lotan-et-soppose-a-la-mission-du-pays-en-mer-noire/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :