Soyez tranquilles chers voyous

Pendant que les « dealers dealent », que des voyous agressent d’honnêtes citoyens, que des violeurs violent, que des squatteurs squattent, des arnaqueurs arnaquent … la police aux ordres de Gérald Moussa Darmanin, ministre de l’intérieur supposé protéger la population française contrôle les cinémas !!! 

Ausweiss, bitte !!!

« Le gérant du cinéma Émeraude, à Châteaubriant, a décidé de fermer l’établissement pour une durée indéterminée suite à deux contrôles des forces de l’ordre en l’espace de 10 jours, venues vérifier la validité des pass sanitaires des salariés et du public, parfois en pleine séance…

Terreur sanitaire à Châteaubriant : le cinéma Émeraude préfère baisser le rideau

Avec deux contrôles de gendarmerie subis en seulement 10 jours par les employés et les clients, le gérant du cinéma Émeraude de Châteaubriant, en Loire-Atlantique, a fini par voir rouge. Aussi, l’établissement a fermé ses portes jeudi 23 décembre pour une durée indéterminée. Sur le site web du cinéma, un message expliquant cette fermeture accueille les internautes.

Nous y apprenons notamment que, lors de ces deux interventions rapprochées de la brigade de gendarmerie de Châteaubriant, « les gendarmes fortement armés ont forcé l’arrêt des projections et le rallumage des lumières en pleine séance pour le contrôle des pass sanitaires. Et ce malgré la présence d’un jeune public. »

Quant au choix de maintenir le cinéma Émeraude fermé « jusqu’au rétablissement d’une situation acceptable », le gérant explique que la décision était prise afin « d’éviter une gêne provoquée par un autre contrôle qui viendrait nuire à votre expérience cinématographique et traumatiser une partie de nos spectateurs ».

Contrôle des pass sanitaires : des salariés critiquent la méthode

Du côté des forces de l’ordre, on explique que lors du premier contrôle, le 12 décembre dernier, cinq infractions ont été constatées parmi des clients et des salariés concernant le pass sanitaire. D’autres spectateurs auraient aussi été sanctionnés pour non-respect du port du masque dans la salle.

En ce qui concerne le contrôle de gendarmerie du 22 décembre, les pass sanitaires de l’ensemble des clients étaient en règle mais la maréchaussée a visiblement trouvé des irrégularités concernant ce même document chez les salariés. En effet, selon le commandant de la compagnie de gendarmerie de Châteaubriant, « des membres du personnel étaient dans l’impossibilité de présenter un pass sanitaire à jour ».

Le ton est très différent chez le personnel du cinéma. Cité par Ouest-France le 23 décembre, un salarié témoigne : « Imaginez dix gendarmes qui pénètrent dans la salle, en pleine projection, font rallumer les lumières. Les spectateurs ont cru à un risque d’attentat, d’autant qu’il y avait des enfants ».

Quant à la double descente de la brigade de gendarmerie dans leur établissement, un des employés précise : « Nous ne sommes pas opposés aux contrôles, nous les faisons à l’entrée, mais nous regrettons les conditions dans lesquelles ils sont faits ».

Le cinéma Émeraude pourrait ainsi être visé par une fermeture administrative de la part de la préfecture suite à ces infractions puisqu’en état de récidive. Gageons que les services de l’État ne soient pas tentés de faire un « exemple » avec l’établissement castelbriantais dans l’optique de dissuader ses concurrents.

La loi, l’ordre et l’intransigeance de l’État à Châteaubriant, c’est aussi :

Source : https://www.breizh-info.com/2021/12/26/176842/chateaubriant-emeraude/ Crédit photo : DR (photo d’illustration)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :